Quelle allergie respiratoire en ce moment ?
allergie respiratoire

Quelle allergie respiratoire en ce moment ?

I – Définition de l’allergie respiratoire

L’allergie respiratoire est une réaction immunitaire excessive du corps envers certaines substances étrangères, pourtant inoffensives, qu’il rencontre pour la première fois : les allergènes. Le corps estime que certaines substances extérieures représentent un danger, et son système immunitaire fabrique des anticorps spécifiques en excès, appelés les IgE (immunoglobuline de type E). Ceux-ci vont se fixer sur les cellules de l’organisme, et lorsque le corps sera de nouveau en contact avec ce qu’il considère comme un agresseur, les IgE libèreront une substance pro-inflammatoire de défense, responsable des manifestations allergiques respiratoires : l’histamine.

Pour savoir de quelle allergie respiratoire vous souffrez en ce moment, reportez-vous au tableau au fond de l’article.

II – Les symptômes de l’allergie respiratoire

La première fois que l’organisme entre en contact avec des allergènes, il n’y a aucune réaction visible. Nous sommes dans la phase où il met en place ses défenses pour la fois suivante. A partir de la deuxième fois, il va réagir plus ou moins violemment face à ce qu’il considère comme une agression. Les IgE déjà en place vont dégager de l’histamine dans le corps, et les symptômes de l’allergie respiratoire suivants apparaissent :

  • Difficultés respiratoires sous forme d’asthme allergique

  • Nez qui coule, ou nez bouché sous forme de sinusite

  • Ecoulements de sécrétions dans la gorge qui provoquent des démangeaisons

  • Les yeux pleurent ou sont rouges et grattent

  • Salves d’éternuements

Ainsi, l’état de crise allergique entraîne un mal-être général qui se traduit par une grande fatigue pour deux raisons : le corps lutte pour se défendre, et le sommeil est mauvais à cause des symptômes de l’allergie respiratoires.

III – Quelles allergies affectent le système respiratoire

Les allergies respiratoires les plus répandues sont les allergies dues aux allergènes de l’air intérieur :

Allergie à la poussière

  • Allergie aux acariens : ce sont des araignées microscopiques qui se trouvent partout dans nos maisons. Ils sont tellement petits qu’ils ont la capacité de flotter dans l’air et nous les inhalons. Ils ne se trouvent pas seulement dans la literie ou sous des lits poussiéreux.
  • Allergie aux poils d’animaux : chat, chien, cheval, lapin, ou autres
  • Allergie aux plumes
  • Un allergène de l’air intérieur aggravant : la fumée de tabac. En effet, 15 à 26 % des épisodes de maladie respiratoire chez les jeunes européens seraient attribuables à l’exposition à la fumée de tabac au domicile.

Les allergies respiratoires sont également déclenchées par des allergènes de l’air extérieur :

  • Allergie à cause de la pollution

La pollution liée aux particules fines des automobiles n’est plus à démontrer. A celle-ci s’ajoute la pollution d’origine industrielle avec grosses particules. Ces deux pollutions sont à l’origine de nombreuses infections respiratoires.

  • Allergie au pollen

Les saisons polliniques s’allongent du fait du réchauffement climatique, ce qui augmente les risques. C’est pourquoi environ 20 à 30 % de la population est allergique aujourd’hui, contre 2 à 4 % dans les années 1970 (mais ce n’est pas la seule raison, nous verrons cela dans l’hypothèse higiéniste).

 

L’allergie respiratoire dans un cadre professionnel

D’autres substances allergisantes ont une incidence de plus en plus importante. Les principales sont :

– la farine

– les isocyanates, dans les polyuréthanes et polyamides

  • les persulfates alcalins : allergie respiratoire et / ou cutanée des coiffeurs (produits présents dans les décolorations)
    •  
  • les aldéhydes, présents dans les parfums, médicaments, plastiques, solvants, papiers, textiles…
    •  
  • le latex créé à partir de dérivés pétroliers

 

Une autre cause possible d’apparition de l’allergie respiratoire : l’hypothèse hygiéniste

poussière-acariens-allergie-respiratoire-soigner-naturel
poussière

L’excès d’hygiène

En effet, nous vivons dans des maisons de plus en désinfectées, et il semblerait qu’il y ait un lien entre l’excès d’hygiène et le développement de l’allergie respiratoire.

Ainsi, un rapport de l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire Alimentation, Environnement, Travail) nous explique ceci :

« En 1989, un épidémiologiste anglais, David Strachan, a émis l’hypothèse que les infections contractées pendant la prime enfance impliquent un développement de lymphocytes Th1 qui protégeraient des maladies allergiques. Deux chercheurs ont ensuite poussé plus loin cette théorie : l’excès d’hygiène, qui protège les enfants des maladies infectieuses, empêcherait la stimulation de Th1, bloquant la balance immunitaire des enfants dans un profil Th2 ».

Or, les Th1 permettent à l’enfant de lutter efficacement contre les micro-organismes pathogènes. Et si le système Th2 continue à prévaloir sur Th1, l’enfant aura des réactions de type allergique, faisant intervenir les anticorps de type IgE (que nous avons évoqués au début de l’article).

D’ailleurs, les partisans de cette hypothèse ont constaté que les populations hautement infectées par des parasites, présentent très peu d’asthme et de rhinites allergiques. D’autre part, plusieurs études montrent que des enfants ayant été contaminés pendant leur petite enfance par des agents infectieux font beaucoup moins d’allergies que les autres.

 

Vivre avec la poussière et les animaux

animaux-de-ferme-contre-allergie-respiratoire-soigner-naturel
cour de ferme

En outre, dans les zones rurales, les enfants vivant en contact permanent avec les animaux de ferme et la poussière sont beaucoup moins allergiques que les enfants citadins. Un article de l’ A.F.P. publié le 12/09/2015 nous informe sur ce processus paradoxal, grâce à l’expérience de chercheurs Belges :

« Nous avons mis en évidence un lien entre la poussière dans les fermes et la protection contre l’asthme et les allergies », a expliqué Bart Lambrecht, professeur de médecine pulmonaire à l’université de Gand, en Belgique. « Pour ce faire, nous avons exposé des souris à de la poussière prélevée dans des fermes en Allemagne et en Suisse. Les tests ont ensuite révélé que ces souris étaient totalement protégées contre l’allergie aux acariens, le cas d’allergie respiratoire le plus courant chez les humains.»

Plus précisément, l’étude, publiée dans la revue « Science », a montré que la poussière « rend la muqueuse des voies respiratoires moins réactive aux allergènes comme les acariens en raison d’une protéine baptisée A20.

Or, le corps humain produit naturellement cette protéine lorsqu’il se trouve en contact avec la poussière dans une ferme.

 

Le rôle de la flore intestinale dans les allergies respiratoires

Enfin, de nos jours, on commence à étudier le rôle de la flore intestinale sur l’évolution du système Th1. Notre flore intestinale étant mise à rude épreuve du fait d’une alimentation industrialisée, nous devenons de plus en plus fragiles et allergiques.

 

IV – Allergies respiratoires : que faire pour les soulager

Selon le docteur Nhâm Pham-Thi, pneumo-allergologue à l’institut Pasteur de Paris, pour soulager les allergies respiratoires, il faut proscrire tous les aérosols car ils contiennent des produits irritants pour les muqueuses. Il vaut mieux aérer que d’utiliser ces produits qui contiennent des particules fines, et autres composés chimiques qui ne sont pas inoffensifs.

Ainsi, aérer la maison au moins 10 minutes par jour permet de faire tomber le taux d’humidité dans l’air et de faire chuter la température, ce qui est néfaste aux acariens ; pendant l’aération des pièces, laisser votre lit ouvert pour qu’il se déhumidifie lui aussi. Vous lutterez ainsi contre les acariens et les moisissures.

Vous pouvez utiliser des tissus anti-acariens pour la literie, mais comme nous l’avons vu plus haut, les acariens ne se trouvent pas seulement dans les lits, ils sont partout autour de nous et même en suspension dans l’air ambiant.

De plus, il vous faudra également prendre rendez-vous chez un allergologue qui fera des tests pour découvrir à quel(s) allergène(s) vous êtes sensible et d’où vient votre allergie respiratoire. Si le test ne révèle rien de probant, il fera faire une analyse de sang afin de détecter la présence d’IgE.

LES REMEDES NATURELS CONTRE L’ALLERGIE RESPIRATOIRE

Je pars du principe qu’on doit parvenir à vivre normalement dans notre environnement. C’est pourquoi je bannis toutes les solutions qui préconisent de supprimer ceci ou cela de notre vie : arrêter d’aller promener en campagne parce que le pollen vole, ne plus avoir de chat à cause de l’allergie aux poils de chat, etc… Ce n’est plus une vie, c’est de l’esclavage à vie ! La contrainte ne doit pas être une solution à long terme.

Les remèdes naturels pour soigner l’allergie respiratoire

Soulager les symptômes d’une allergie respiratoire grâce aux plantes

  • Le plantain, cette plante formidable que l’on trouve partout, soigne bien des maux, et soulage les symptômes d’une rhinite allergique. Préparez une infusion avec 20 g de plantain, que ce soit des feuilles, des fleurs ou des racines ; toutes les parties de la plante sont efficaces car elles contiennent des substances anti-inflammatoires, anti-allergiques et bronchodilatatrices.
  • L’ortie, que l’on trouve également partout, peut soulager les symptômes des allergies respiratoires elle aussi. Mais la quantité d’ortie nécessaire pour agir est importante, c’est pourquoi elle existe sous forme de gélules (et peut-être aussi à cause de sa texture un peu rêche sur la langue ?).

  • Le ginko biloba contient de nombreux flavonoïdes qui sont des antioxydants, mais aussi d’autres substances qui permettent une meilleure circulation du sang, et aident aussi à soulager les problèmes respiratoires, dont l’asthme.

Soulager l’allergie respiratoire dans l’urgence grâce à l’huile essentielle, l’homéopathie et le lavage de nez :

Suite à mes recherches, je combinerais 3 remèdes naturels : une huile essentielle, un remède homéopathique et le lavage de nez.

L’huile essentielle

Première solution : mettre une goutte d’huile essentielle d’estragon sur un mouchoir et respirer le mouchoir 3 fois par jour ; vous pouvez également en avaler une goutte sur un support (un cachet neutre ou un sucre) pour agir de l’intérieur. Pour encore plus d’efficacité, mélangez 3 gouttes d’huile essentielle d’estragon avec une huile végétale (huile d’olive par exemple) et frictionnez-vous le thorax et les ailes du nez avec ce mélange. Le traitement aux huiles essentielles doit être court, vous devez voir une amélioration rapide.

L’homéopathie

Deuxième solution : ajoutez à cela une prise régulière tout au long de la journée, et loin des repas, de 3 granules de Poumon Histamine en 5 ch (tube d’homéopathie). En général le prendre 3 fois par jour suffit à juguler la crise d’asthme allergique.

Les lavages de nez

Enfin, faire des lavages de nez, avec un petit ustensile que vous trouvez en pharmacie ou sur internet (lota, neti, rhino horn…il en existe des tas de sortes différentes). La solution à préparer est la suivante : un verre d’eau bouillie (qui a refroidi…), une cuillère à café de sel marin (de préférence gris, il sera non traité), et une cuillère à café de bicarbonate de sodium. Mélangez le tout, instillez-le dans le petit ustensile nasal, et faites couler dans la narine du haut, en penchant la tête sur le côté, et légèrement en avant. Vous saurez que vous avez la bonne position quand vous verrez que le liquide passe d’une narine à l’autre (par l’intérieur !!). Il faut répéter l’opération pour l’autre narine. Cette recette m’a été donnée par un médecin thermal. Si ce mélange est trop puissant pour vous, commencez en mettant seulement le bicarbonate de sodium.

Après la douche nasale, de nombreuses personnes se sentent soulagées, surtout en cas de nez bouché. Cela soulage mais permet également de se débarrasser des sécrétions nasales dues à l’allergie, ainsi que des allergènes encore présents dans le nez.

Voici le cas concret de ma sœur qui se soigne en urgence avec l’homéopathie.

Ma sœur qui ne fait rien comme tout le monde, est allergique aux poils de cheval. On décide de s’installer pour un pique-nique dans un endroit de rêve, et, la voilà qui commence à ressembler à … une chose aux yeux rouges et larmoyants, et qui a le nez complètement bouché…et qui n’arrête pas d’éternuer. Nous remarquons alors les chevaux au fond du pré…

Elle a continué à vivre normalement car elle a fini par trouver une solution simple : elle prend Poumon Histamine en homéopathie, 3 granules en 30 ch. Son allergie respiratoire diminue fortement dans l’heure qui suit ; et voilà le travail ; on peut pique-niquer tranquille ! Merci l’homéopathie qui nous sauve la sortie du dimanche !

Traitement de fond pour soigner les allergies respiratoires (expérience personnelle ou familiale)

Si vous n’arrivez pas à trouver un bon homéopathe, je vous indique la méthode que d’autres membres de ma famille, ou moi-même pratiquons pour passer au travers des rhinites allergiques, asthme allergique, nez bouché et autres désagréments.

 

Soigner les allergies respiratoires avec l’extrait de pépins de pamplemousse

Nous utilisons de l’extrait de pépins de pamplemousse BIO 800 (très important) :

https://www.bivea.fr/Extrait-de-pepins-de-pamplemousse-bio-CITROPLUS-800mg-CITROPLUS-GSE-10134-p

Il faut en prendre 30 gouttes 3 fois par jour, pendant les 2 mois qui précèdent la saison des allergies. Reportez-vous au calendrier des pollens pour savoir quelle est l’allergie du moment : http://allergo.lyon.inserm.fr/ALLERGOLOGIE_GENERALE/2-2_Calendrier_pollinique.pdf

 

Traitement homéopathique contre les allergies

30 ans en arrière

En homéopathie, chaque situation peut trouver son remède. Quand j’étais petite, j’étais allergique aux poils de chats, et à la poussière. Et bien mon médecin de famille homéopathe faisait faire une préparation homéopathique à base de la poussière de notre maison et de nos poils de chat. Actuellement, cela ne se pratique plus… Trop efficace peut-être ? Mais en cherchant bien, vous trouverez quelques pharmacies qui fabriquent encore leurs préparations homéopathiques elles-mêmes…. Toujours est-il que je ne suis plus allergique à rien, depuis la fin de l’adolescence.

Il y a 10 ans : le parcours du combattant  (début de la fin de l’homéopathie ?)

Par ailleurs, ma fille aussi a été allergique petite, et ce, suite à des vaccinations. Elle n’avait rien avant l’âge de 2 ans, âge maximum qu’elle a atteint sans être vaccinée. Dès qu’on a fait faire les premiers vaccins, elle a développé un asthme, et a commencé à être allergique. C’était invivable.

Les soi-disant docteurs consultés répondaient : « y’a pas d’autre solution madame, il va falloir passer l’aspirateur partout tous les jours (y compris les matelas, les rideaux, et j’en passe) ! » Ben oui, je travaille la journée, et le soir je passe 3 heures à aspirer la maison, mais bien sûr ! »

Aller chez un docteur pour s’entendre répondre ça, quel dépit ! Celui-ci avait raté sa vocation. Il aurait dû postuler chez H2O…

 

8 ans déjà : l’espoir renaît

Plus tard ayant enfin trouvé un médecin digne de ce nom, nous avons mis en place un traitement homéopathique pendant deux ans ; et oui, quand on a pris de la ventoline et de la cortisone pendant 5 ans, il faut bien patienter encore un peu pour avoir un effet durable. Au bout de 2 ans, ma fille n’avait plus que l’asthme à l’effort, et les hivers étaient bien plus paisibles. Le traitement était à base de macérat glycériné de Ribes Nigrum et Rosa Canina, à prendre matin et soir dans un verre d’eau.

L’homéopathie est une science minutieuse, et vous bénéficiez ici de mon expérience personnelle, mais je vous conseille vivement de trouver un BON homéopathe, qui traite le terrain, par rapport à votre histoire, vos antécédents, vos goûts, le passé familial, etc… Le premier rendez-vous est très long pour arriver à déterminer quel est votre terrain. Ce n’est qu’après cette enquête minutieuse qu’il pourra vous prescrire les remèdes homéopathiques qui vous correspondent vraiment.

 

Conclusion

Jusqu’à une période récente de l’humanité, les allergies respiratoires restaient marginales. Or, elles se développent de plus en plus car nous avons avons totalement modifié notre milieu. Nous devenons fragiles car nous vivons dans des lieux trop aseptisés. Nous mangeons une nourriture industrielle bourrée d’additifs chimiques, de glutens transformés, qui détruisent notre équilibre intestinal. Pour finir, nous absorbons des médicaments élaborés à partir de molécules dont nous ignorons encore tous les méfaits. Enfin, l’air que nous respirons est plus pollué que jamais à cause des véhicules, des industries, sans oublier le tabac. Comme si cela ne suffisait pas, nos cosmétiques, nos détergents contiennent également des substances nocives.

La médecine a développé des traitements allopathiques, qui, s’attaquent aux symptômes et pas aux causes. Le problème des personnes allergiques reste alors entier. Pour rappel, la désensibilisation est une thérapie dont le seuil de protection est de 3 à 5 ans seulement. De plus, elle ne fonctionne pas pour tous les patients.

A l’opposé de ce procédé, le traitement de fond homéopathique gère le problème à la base. C’est sûr, il faut prendre le traitement matin et soir pendant 2 ans, avec quelques doses le dimanche et le mercredi ; et alors ? La désensibilisation allopathique exige les mêmes contraintes et ne vous soigne que pour quelques années. Avec l’homéopathie vous n’aurez plus peur d’évoluer dans n’importe quel environnement puisque vous serez guéri à vie de votre rhinite ou asthme allergique.

Vous pourrez croiser des acariens et poussières sur votre route sans être obligé de dégainer un aspirateur. L’homéopathie vous permet de vivre en harmonie avec votre environnement. Vous pourrez recommencer les randos, en mettant votre chat dans le sac à dos, et avec un chien collé sur vos talons, tout en humant les fleurs que vous croisez. C’est ça la vie et la liberté !!

 

graminées-allergie-respiratoire-soigner-naturel
graminées

Principales plantes allergènes (classées par ordre alphabétique) :

NOM                              POTENTIEL ALLERGISANT

Ambroisies                     Fort

Armoises                       Fort

Aulnes                           Fort

Baccharis                      Modéré

Baldingère                     Fort

Bouleaux                      Fort

Cade                            Fort

Calamagrostis              Modéré

Canche sespiteuse       Fort

Charmes                      Fort

Charmes-houblon          Faible

Chataignier                   Faible

Chênes                        Modéré

Chénopodes                 Modéré

Cryptoméria du japon    Fort

Cyprès                        Fort

Erable                        Modéré

Elyme des sables       Modéré

Fétuques                    Fort

Frênes                       Fort

Fromental élevé          Fort

Genévrier                   Faible

Graminées                Fort

Hêtres                      Modéré

If                              Faible

Mûrier à papier          Fort

Mûrier blanc             Faible

Marguerites              Faible

Mercuriales              Modéré

Noisetier                  Fort

Noyer                      Faible

Olivier                      Fort

Ormes                     Faible

Oseilles                   Modéré

Orties                     Faible

Pariétaires              Fort

Peuplier                  Faible

Pins                       Faible

Pissenlit                 Faible

platane                  Modéré

Plantains               Modéré

Queue de lièvre      Modéré

Robinier                Faible

Saule                   Modéré

Soude brûlée (salsola kali) Modéré

Stipe géante         Modéré

Thuyas                Faible

Tilleuls                Modéré

Troènes              Modéré

 

Pour connaître les saisons polliniques de chaque plante, je vous invite à cliquer sur le lien suivant : http://allergo.lyon.inserm.fr/ALLERGOLOGIE_GENERALE/2-2_Calendrier_pollinique.pdf

Je souhaitais répertorier les saisons polliniques dans le tableau, mais elles varient suivant la région où pousse la plante. Je précise que mon tableau contient les mêmes informations que le calendrier pollinique à la différence près que j’ai classé les plantes par ordre alphabétique et pas par espèce, il me semble que c’est plus facile à trouver.

 

boosterblog
boosterblog

 

http://www.boosterblog.com

 

Si vous voulez lire mon article précédent concernant l’herpès labial, cliquez ici :

Cet article a 1 commentaire

  1. Un article très complet et qui peut être bien utile, je le garde de côté !
    C’est top aussi je trouve d’expliquer comment et pourquoi notre organisme réagit à ces agents extérieurs, ça aide à mieux comprendre son corps 😊

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.