Remèdes naturels contre les piqûres d’insectes
des insectes utiles mais dont il faut garder ses distances

Remèdes naturels contre les piqûres d’insectes

Quand l’été arrive, nous voici tout joyeux ! On va enfin pouvoir sortir après ces mois d’enfermement pluvieux ! Personnellement j’adore l’été et j’essaie d’en profiter un maximum pour vivre dehors. Oui mais voilà, tout en vivant dehors, nous devons essayer d’éviter les désagréments d’une vie à l’extérieur. Quels désagréments me direz-vous ? Ah oui c’est vrai, notre nature est remplie de bestioles bien rabat-joie et nous voilà affublés de piqûres d’insectes !

Qu’à cela ne tienne ! Nous allons brandir nos remèdes naturels pour nous débarrasser de ces piqûres et sauvegarder notre bien-être grâce à une large pharmacopée non toxique.

 

I – Rester en forme malgré les risques de piqûres d’insectes

Nos agresseurs les plus nombreux sont sans conteste les moustiques. Cela dépend des régions mais tout porte à croire que leur nombre va augmenter avec le réchauffement climatique, sans compter l’arrivée et la propagation du moustique tigre sur le territoire.

Dans ce contexte, nous ne sommes pas tous égaux face à leurs attaques, et certains d’entre nous sont largement plus convoités que les autres par l’insecte sournois… Comment pouvons-nous nous soigner naturellement après avoir été pris pour cible et compter une vingtaine de piqûres sur notre corps ?

 

Quels remèdes naturels pouvons-nous trouver pour soigner les piqûres d’insectes, notamment les piqûres de moustiques ?

De mes recherches sur Internet, voici ce que j’ai pu répertorier :

 

1 – soigner naturellement les piqûres de moustiques

On trouve tout d’abord les remèdes naturels de grand-mère :

  • Hacher des feuilles de persil et les garder sur les piqûres à l’aide de pansements

  • Appliquer une tranche d’oignon ou une demie gousse d’ail. J »ai récemment essayé la tranche d’oignon. C’est très efficace… pendant 10 minutes…

  • Faire une pâte de bicarbonate et eau qu’on applique sur les piqûres. Cela serait anti-inflammatoire.

  • Appliquer du vinaigre (rouge ou blanc) avec un coton ou une compresse.

un remède naturel vieux comme le monde : l’argile

En fouillant un peu plus, je trouve une rubrique indiquant de faire un cataplasme d’argile. Heu bon… pour de malheureuses piqûres de moustique, n’est-ce pas un peu exagéré ? Gardons cela pour nos articulations vieillissantes… Mais tout bien réfléchi, une personne ayant tendance à être allergique devrait essayer l’argile avant de passer aux méthodes allopathiques, car l’argile tire les corps étranger hors du corps, et donc les venins aussi.

l’huile essentielle, la méthode naturelle qui a le vent en poupe

Soigner naturellement les piqûres de moustiques avec les huiles essentielles est une solution de plus en plus prisée. Je pense que les huiles essentielles ont un bel avenir devant elles. Certaines sont toutefois à prendre avec précaution, nous aurons l’occasion d’en reparler dans de futurs articles.

Pour ce qui concerne les piqûres, j’ai trouvé sur internet une solution simple à mettre en œuvre : appliquer une goutte d’huile essentielle de géranium sur la zone piquée.

 

2 -Les remèdes naturels contre les piqûres d’abeilles, de guêpes…

Les diverses solutions naturelles contre les piqûres de guêpes, abeilles, …

Quand on est victime de piqûres d’abeille ou de guêpe, la peur monte d’un cran. En effet, le risque d’allergie est accru par rapport à de malheureuses piqûres de moustique. Mais avant de se jeter sur les corticoïdes, il est permis d’essayer les méthodes suivantes :

  • ôter le dard s’il y est, laver la plaie, la désinfecter

  • appliquer de la chaleur ; alors en randonnée on demande :  « Qui a un sèche-cheveux s’il vous plait ? » Sinon un briquet, mais il ne faut pas brûler la peau ! Ensuite il faudrait idéalement apposer immédiatement du froid : « Quelqu’un a pris les glaçons ?? »

  • mettre sur les  piqûres une couche d’argile verte d’un cm d’épaisseur (en pâte) en laissant le dard, et quand tout est sec, enlever le tout.

  • En l’absence de dard, mettre une goutte d’huile essentielle de citronnelle de Java et faire pénétrer.

 

II – Remèdes naturels contre les piqûres d’orties

 

Mes recherches sur ce sujet m’ont permis de trouver peu de solutions :

  • du vinaigre,

  • des feuilles de plantain écrasées. C’est certain, ce n’est pas ce qu’il manque sur les chemins, que ce soit le plantain à feuilles larges, ou le plantain à feuilles fines, c’est pareil. En voici deux spécimens pris en photo sur mon chemin préféré :

remède naturel plantain à longues feuilles et plantain à feuilles larges pour piqûre
plantain à longues feuilles et plantain à feuilles larges

 

Comment je traite mes piqûres d’orties

Encore hier, je me suis fait piquer par des orties bien sauvages ! En effet, mon chien, au lieu de me ramener le super bâton que je lui avais lancé, se borne à le balancer dans un talus. Ce bâton me plaisait bien, en forme de guidon de vélo, il était gros et pratique à lancer ! Je me décide donc à aller le récupérer et là, je me fais piquer par des orties à la jambe. Aïe, elles étaient coriaces celles-là ! Je n’avais rien sur moi, j’ai donc fait (par obligation) ce que je fais souvent quand je suis au jardin et que j’ai la flemme de monter mettre du vinaigre : NE RIEN FAIRE !!

Surtout ne pas gratter, et essayer de ne pas y penser ! Et ça marche ! Quand on y pense, ça brûle effectivement encore. Mais il suffit d’écrire ou de recevoir un texto à ce moment-là, (et c’est ce qu’il s’est passé pour moi), pour qu’on oublie les piqûres, et que ça ne brûle plus ! Véridique, vérifié hier !

Mais si vous vous trouvez chez vous, et si vraiment vous voulez prendre quelque chose, prenez 3 granules d’URTICA URENS en 5 ch et badigeonnez les piqûres avec du vinaigre blanc ou rouge. Cela suffira amplement.

 

 

III – Remèdes naturels contre les piqûres des autres bestioles sympas

– Les piqûres de méduses

« L’eau est bonne, elle s’est bien réchauffée par rapport à y’a deux jours hein ! C’est super !…»

Oui mais c’est à ce moment-là qu’arrivent les méduses ! On ne peut jamais être tranquille !

Dans les cas de piqûres de méduse, on vous indiquera de mettre du sable ou de la chaleur. D’autres disent « surtout pas de sable » ; que faire alors ?

D’aucuns évoquent le vinaigre…

«Eh oui, je mets toujours la bouteille de vinaigre dans le sac de plage madame, pas vous ?»

Par ailleurs, on vous préconise de racler les restes de tentacules avec une carte bancaire (ou autre carte) et de rincer à l’eau de mer. Mais je suis déjà rincée, je sors de l’eau, mfff…

Pour ma part, j’essaierais de suivre les conseils de Max Bird, qui explique cela très bien dans sa vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=guqCzdIZC7I (Bon j’avoue que le passage du début sur le pipi est un peu trop long… mais la suite vaut le coup)

– Les piqûres de vive

Encore une qui ne veut pas que l’on passe de bonnes vacances ! Son venin est thermolabile (et pas thermolactyl ! Oh ça va hein, y’a peut-être mieux mais au moins je suis sûre que ça vous servira de moyen mnémotechnique) . Thermolabile signifie annihilé par la chaleur. Il faut donc mettre quelque chose de chaud, du sable brûlant par exemple… mais je me demande si cela suffit.

– Les piqûres de taons

Nous avons plus peur des guêpes que des taon, n’aurions-nous pas tort ? Mon compagnon s’est fait piquer au coude une fois par un taon, rien n’y a fait. L’enflure a gagné la moitié de l’avant-bras, c’était impressionnant ! Après, j’avoue que lui, c’est monsieur cortisone et moyens chimiques à tout va… Et je soupçonne que cela crée un terrain de plus en plus défavorable, le corps devenant incapable de se défendre, et de plus en plus fragile.

J’ai trouvé une info que je ne connaissais pas : il paraîtrait que les taons et autres insectes piqueurs détestent se poser sur des vêtements blancs ou clairs ; ça les rendrait trop voyants. A expérimenter.

– Les piqûres d’araignées

La méthode couramment évoquée : désinfecter les piqûres, mettre de la glace.

Ma méthode : crier très fort quand il y en a une, quitter la pièce et ne revenir que lorsqu’on m’a montré son cadavre…

– Les piqûres de tiques

C’est le fléau du siècle. Dans ma région, il y en a partout, et contrairement à ce qui est indiqué sur certains flacons de répulsif, les tiques tombent aussi des arbres ou des arbustes. Si si, c’est du vécu. Si vous vous promenez au milieu d’un bois de noisetiers sauvages en montagne, cela arrive fréquemment.

Pour lutter contre les tiques, la meilleure solution est de se surveiller régulièrement, et de les enlever au plus vite. Porter des vêtements clairs permet de les repérer plus facilement. Il vaut mieux porter une casquette ou un chapeau, ça évite que les tiques tombent dans les cheveux.

Si une tique s’est accrochée à vous, surtout ne tirez pas n’importe comment. Vous risqueriez de laisser la tête. Elle lâcherait alors un liquide susceptible de contenir les bactéries provoquant la maladie de Lyme.

Il faut l’enlever à l’aide d’un tire-tique, une sorte de petite pince que l’on passe autour du corps de la tique. Il faut ensuite tourner doucement mais fermement pour la décrocher. Le tire-tique est un ustensile indispensable, à avoir toujours sur soi en randonnée, dans une trousse d’urgence.

tire-tique pour sortir la tique sans laisser la tête et éviter maladie de Lyme
un exemple de tire-tique

 

Désinfectez ensuite la plaie. Surveillez l’endroit de la piqûre pendant au moins 30 jours. Surtout, faites attention à ce qu’un érythème migrant, (sorte de rond rouge) n’apparaisse pas autour de la piqûre. Il est bon de préciser toutefois qu’il n’y a pas forcément présence de l’érythème pour attraper la maladie de Lyme (ce qui n’est pas rassurant, je vous l’accorde…).

– Les morsures de vipères

Je veux lutter contre une fausse idée largement répandue qui prétend que la vipère n’aime pas l’eau. En montagne en tout cas, la vipère adore l’eau fraîche et s’y baigne dès qu’il fait chaud.

Méfiez-vous donc en vous approchant d’un abreuvoir ou d’une fontaine. En effet, en vous penchant trop vite vers l’onde pure, vous risqueriez de vous trouver nez-à-nez avec une baigneuse inattendue ! Cela m’est arrivé sur un versant exposé plein sud. Le cadre se composait d’une source avec un abreuvoir, sous quelques chênes, et d’une végétation de type méditerranéen (en pleine montagne Pyrénéenne). Par contre, je ne pense pas que cela vous arrive dans des endroits frais et humides, ou trop ombragés.

Ceci étant, si vous vous faites mordre, il est préconisé de ne plus bouger, de s’allonger en attendant les secours ou que quelqu’un vous transporte aux urgences.

« Et si je marche seule ? Et ben, t’as qu’à faire attention ! Tu te mets en mode survivaliste et tu fais gaffe ! T’as voulu jouer ? Débrouille-toi ! » Sacrée nature, quand tu nous tiens !!

Ah si, une petite chose : il faut enlever tout ce qui peut faire garrot si le membre touché se met à gonfler : bagues, bracelets, etc…

Pour ma part, j’ai expérimenté la rencontre avec plusieurs vipères aspic (de petites merveilles !), mais je n’ai pas l’expérience de la morsure, et heureusement ! Dans les régions où nous sommes susceptibles d’en rencontrer souvent, je recommande de se munir d’un aspi-venin que l’on conservera toujours dans le sac de randonnée. Demandez à votre pharmacien de vous expliquer comment ça fonctionne pour ne pas paniquer si cela vous arrive ! IL faut également porter des chaussettes épaisses et montant jusqu’en dessous du mollet. La vipère peut se dresser sur elle-même mais pas trop haut non plus, et si elle tente de mordre, ses crocs se piqueront dans la chaussette épaisse. Bon je sais, c’est pas sexy, mais serez-vous sexy une fois mordu ??? That’s the question !

Ainsi, nous avons pu constater que les remèdes naturels qui permettent de lutter contre les diverses piqûres d’insectes et autres bestioles sympathiques sont nombreux. Ils nous permettent d’éviter les médicaments que je qualifie de chimiques, car ces derniers, en nous soignant d’un côté, nous empoisonnent de l’autre à petit feu. Autant éviter l’allopathie le plus possible, quand on peut s’en passer !

Pour lire mon article concernant les déserts médicaux en France, je vous invite à cliquer sur le lien suivant : déserts médicaux en France

 

Cet article a 3 commentaires

  1. coucou Nathalie, très intéressant ton article sur les piqûres d’orties, c’est vrai que ça pique / brûle longtemps. le plantain , il y en a partout ; un jour quelqu’un m’a dit qu’on trouve à proximité de toute plante « mauvaise » le contre poison : alors, ouvrons l’œil !!

    1. Tu as raison Béatrice, c’est une très bonne précision à prendre en compte ! Merci d’y avoir pensé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.