Un jeûne pour retrouver la santé ? Partie 1

jeûner-pour-retrouver-la-santé-soigner-nautrel

Cela fait plusieurs fois que je tombe sur des vidéos ou des articles abordant le sujet du jeûne. Est-ce un signe de la vie pour que je m’y mette ?

En effet, le jeûne permettrait de retrouver une bonne santé et de booster l’organisme.

Ah mais moi qui suis gourmande comme une belette, je me vois mal, mais alors très très mal, faire un jeûne d’une semaine, voire de 15 jours, sinon plus !! Mais comment font-ils ? J’ai faim au bout de 4 heures maxi moi !!

Au secours ! Comment on jeûne ?? (et ce que vous ne voyez pas, c’est que la plaque de chocolat est posée sur le canapé près de moi :mrgreen: )

Pourquoi si peu d’info sur le jeûne ?

Cela ne rapporte rien ! Pas de vente de médoc, pas de consommation d’aliments : vous ne consommez rien, vous ne valez donc plus rien pour la société de consommation pendant que vous jeûnez ! Ingrat personnage !

Mais en attendant, vous régénérez votre corps, vous économisez tout ce que vous ne dépensez pas en malbouffe et nourriture tout court. Et vous épargnez pour plus tard car vous serez moins malade, donc vous aurez moins de dépenses de santé. Vous retrouverez de l’énergie, et du coup vous aurez envie de bouger plus. Vous serez alors en meilleure forme que maintenant, au fond de votre canapé avec un paquet de chips devant la TV.

Faisons le  point

Que se passe-t-il actuellement ?

Depuis le siècle dernier, nous avons totalement modifié notre façon de nous nourrir. Même le terme « nourrir » ne correspond plus à la situation. Nous ne nous nourrissons pas, nous nous empiffrons. Et alors, me direz-vous, c’est grave ?

Et bien voyons cela ! Se nourrir, c’est avaler de la nourriture qui va permettre à notre corps de se régénérer, d’avoir l’énergie nécessaire pour vivre en bonne santé. S’empiffrer, c’est avaler un peu tout et n’importe quoi, ce qui fait plaisir surtout à notre cerveau, sans tenir compte des conséquences que peut avoir cette nourriture sur notre santé et sur les besoins physiologiques réels de notre corps.

Nous sommes donc tombés dans la malbouffe, la « trop-bouffe », et là, le nombre de maladies, dites de civilisation, a explosé.

Nous pouvons faire 2 constats :

Trop de nourriture

En effet, nous mangeons à notre faim tous les jours. De plus, nous mangeons par gourmandise tout un tas de choses dont notre corps n’a surtout pas besoin. Et comme nous sommes accros, nous n’arrivons  pas à stopper cet engrenage infernal. En outre, nous mangeons aussi par ennui, par habitude, pour nous consoler de la solitude ou d’autres soucis…

Trop de mauvaise nourriture

C’est le deuxième constat. Vous savez aussi bien que moi que si vous achetez des produits transformés, vous mangez mal.

Qu’est ce qu’un produit transformé ? C’est une espèce de nourriture qui se trouve empaquetée dans du plastique et du carton pour que ça tienne le coup longtemps. C’est quelque chose (je n’ose pas utiliser le terme « aliment ») auquel les industriels ont ajouté tout un tas de E, pour que ça puisse se conserver. Ils y ont aussi ajouté des exhausteur de goût pour que vous ayez envie d’en manger. Sans cela, cette « bouffe » serait insipide. Un produit souvent trop salé, trop sucré. Ceci est une volonté des industriels car ces 2 substances induisent une dépendance, et vous allez donc en racheter.

produit-transformé-jeûner-soigner-naturel

Bon j’ai dressé un tableau des produits transformés, mais ceux-là ce sont les pires. Savez-vous qu’à partir du moment où vous faites cuire quelque chose, ça devient un produit transformé ? Mais au moins, si c’est une de vos préparations, vous savez ce que vous avez mis à l’intérieur.

Et notre corps dans tout ça ?

Notre corps n’a jamais été  habitué à manger trop. Depuis que l’espèce existe, elle a toujours vécu des périodes de jeûne forcé. Soit il y a eu des situations de disette causées par de mauvaises conditions météo qui ont fait que rien ne poussait. Soit il fallait que l’humain chercher sa nourriture, et le temps qu’il la trouve, il avait la dalle.

homme-affamé-jeûne-soigner-naturel

Ainsi, génétiquement parlant, notre corps est plus habitué à supporter la carence de nourriture, qu’un trop-plein constant.

Hélas, c’est là qu’est l’os (comme dirait l’autre). Actuellement, nous développons tout un tas de maladies parce que nous nous nourrissons trop et trop mal.

La situation actuelle

Pour les industriels tout va bien : nos addictions à leur malbouffe est un marché juteux. Nous ne prenons plus le temps de nous faire à manger, et nous achetons des plats préparés, pleins d’exhausteurs de goût qui vont créer une addiction pour qu’on en rachète, même si au final, c’est pas super bon, faut avouer… En tout cas, quand on commence à manger du frais et bio, on se rend vite compte de la différence de goût.

Du point de vue médical : les labos pharmaceutiques se frottent les mains. Les maladies dues à la malbouffe explosent, ça fait des revenus conséquents qu’ils ne sont pas près d’abandonner. Ben tient, manquerait plus que ça ! Que les gens arrêtent de mal manger, et qu’ils guérissent !

Et pourquoi on ne tenterait pas de se guérir par le jeûne ? Ca serait bienfait pour eux, tous ces empoisonneurs qui s’en fichent qu’on souffre et qu’on devienne impotents !

Les maladies qui peuvent être soignées par le jeûne

Ce n’est pas en occident que vous allez trouver des études sur le jeûne, quoique on commence à s’y intéresser aux Etats-Unis et en Allemagne.  C’est en Russie que les premiers travaux sur le jeûne ont été réalisés. Pendant la période de la guerre froide, les Russes ont développé leurs recherches sur le jeûne, qui sont restées totalement inconnues de l’occident. Pour avoir une information complète et détaillée, je vous recommande de regarder ce super reportage d’Arte :

Arte – Le jeûne, une nouvelle thérapie ?

Si vous n’avez pas le temps, je vous en résume les points principaux :

Depuis une quinzaine d’années, les Russes ont créé une clinique du jeûne, où se rendent des malades qui ont tout tenté avec la médecine allopathique, sans succès. Ils se retrouvent dans cette clinique pour soigner les maladies suivantes :

  • allergie
  • asthme et autres pathologies des bronches
  • maladies cardiovasculaires
  • diabète
  • eczéma et autres maladies de peau
  • hypertension artérielle
  • obésité
  • maladies des intestins
  • pathologies endocriniennes
  • polyarthrite / rhumatismes
  • maladies osseuses et articulaires

En outre, ils ont découvert que le jeûne pouvait guérir, de façon tout à fait fortuite. C’est un psychiatre qui a décidé un jour, de ne pas forcer un de ses malades à manger alors qu’il n’en avait pas envie. Il a noté chaque jour ses observations sur l’état de ce malade. Celui-ci a fini par retrouver une vie sociale, au bout de 14 jours si je me souviens bien, il est redevenu sociable.

Par ailleurs, les américains commencent à s’y intéresser, et une étude a été menée par le biologiste Valter LONGO à l’université de Californie. C’est un spécialiste de la biologie cellulaire et de la génétique. Il a réussi à prouver que le jeûne thérapeutique permet de supporter les effets secondaires de la chimiothérapie. Les corps sont beaucoup plus en forme chez les souris qui ont jeûné que chez celles qui ont continué à bien manger !

Pas mal pour une méthode de soin qui ne requiert d’avaler que …. de l’eau !!

eau-pour-guérir-jeûner-soigner-naturel

Alors, le jeûne, comment ça peut guérir ?

(Je viens de ranger ma plaque de chocolat au fond du placard)

Quand on jeûne, le corps n’a plus besoin de dépenser de l’énergie pour la digestion, ce qui est une économie énorme. La digestion est ce qui demande le plus d’énergie au corps. Du coup, tous les organes concernés par la digestion peuvent se mettre au repos, et cette énergie va servir à la détoxification de l’organisme.

Les étapes

Le corps utilise trois carburants : les glucides, les protéines, et les lipides.

  • Après un jour de jeûne, les stocks de glucides sont épuisés. Le corps va alors puiser dans les protéines pour fabriquer le glucose. Il va aussi puiser dans les lipides pour créer un substitut de glucose. Mais l’organisme n’est pas bête, il va économiser ses protéines (trop vitales) pour puiser plutôt dans les lipides.
  • Le troisième jour apparait la crise d’acidose. Selon les individus, on peut ressentir de la faiblesse, des nausées ou encore, des migraines. Cette crise est le signe que l’organisme s’adapte au changement radical qui lui est imposé. Il apprend à vivre de ses réserves et va se nourrir de lui-même. C’est le début du processus de guérison. Pendant la crise d’acidose, les maladies s’aggravent, les douleurs s’accentuent, mais cette crise ne dure pas plus de 36 heures.
  • Une fois cette étape passée, les patients vont de mieux en mieux.

Les mécanismes mis en place par le jeûne

Les hormones

Certaines hormones mobilisent les réserves du corps. D’autres ont un effet anti-inflammatoire. Le taux de nombreuses hormones dans le sang augmente. Par exemple celui de la sérotonine, l’hormone du bonheur. Il génère une diminution des douleurs.

Les médecins constatent également une augmentation d’adrénaline, de noradrénaline, de leptine, de dopamine. Ce sont des hormones qui régulent le métabolisme et qui influencent l’humeur (pour retrouver la bonne !).

Les cellules se transforment

Le cas de l’asthme est expliqué dans le reportage. Les cellules de la muqueuse des poumons évoluent. Après 12 jours de jeûne, l’histamine qui était présente au niveau de ces cellules disparaît. Et l’asthme également par la même occasion puisque vous avez pu voir dans mon article sur les allergies, que c’est l’histamine qui est en cause :  Allergies respiratoires

Le plus dur dans l’histoire

Selon le témoignage d’une dame qui adore manger, le plus dur est dans la tête. Elle dit qu’après 3 jours, son estomac ne réclame plus de nourriture. C’est son cerveau qui ne voit que des chips, et tout un tas de bonnes (?) choses qui donnent envie de manger ! Je pense que mon problème sera bien là aussi, je ne vais voir que des pots de pâtes à tartiner, des plaques de chocolat et des fondues au chocolat ou savoyardes !

 

 

 

 

 

 

 

C’est pourquoi dans les cliniques de jeûne, les patients doivent pratiquer un sport environ 3 heures par jour. Cela permet de penser à autre chose, et aussi d’éliminer des toxines par la transpiration. Cela aide le processus d’élimination. Ils ont en outre droit à des massages, ou des séances de sauna ou hammam, ou encore des enveloppements de boues.

Dans un prochain articles, je vous dirai où aller pour pratiquer un jeûne en toute sécurité. Je n’ai pas encore eu le temps de regarder pour l’instant, mais pour ma part, ça m’intéresse d’essayer pour les problèmes d’articulation au genou, pour perdre le gras dû à la quantité de fromage que j’ingurgite depuis que j’habite à la montagne, et pour le vitiligo, maladie auto-immune sortie je ne sais d’où… A suivre ! Portez-vous bien.

jeûner-soigner-naturel

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article a 5 commentaires

  1. Wow cet article est vraiment complet et donne envie de se renseigner davantage ! Ça fait un moment que j’ai envie de sauter le pas mais c’est le manque d’encadrement (en France en tout cas) notamment par rapport à la crise d’acidose qui me fait un peu peur. Mais plus j’entends de témoignages de personnes qui jeûnent régulièrement, plus je lis des articles tel que celui-ci et plus le jeûne me paraît être une évidence. Je trouve ça génial aussi qu’Arte ait consacré un -excellent- reportage au sujet, ça prouve que les mentalités avancent !
    Hâte de lire le prochain article à ce sujet, bonne continuation ! 😊

  2. C’est pour cela qu’il serait bon d’avoir comme en Russie, des cliniques de jeûne. Les patients sont sous contrôle médical et c’est vraiment le top. Je cherche des infos pour la France que je mettrai dans le prochain article. A bientôt bises

  3. Certes… et les carences ? le jeûne ne peut-il pas être dangereux dans le cas d’insuffisances cardiaque ou rénale non formellement décelées par exemple ?
    Je trouve la méthode trop radicale si un soutien psychologique fort ne l’accompagne pas.
    A suivre…
    Bisous

  4. Mais si c’est pour retrouver de l’énergie ça vaut le coup d’essayer non ? En plus je pense que jeûner peut permettre de rallonger la durée de vie, donc c’est tout bénéf !

  5. Bravo pour cet article sur le jeûne. Pour ma part, c’est un truc que je ne peux pas envisager… quand on vieillit, on n’a plus envie de se priver de petits plaisirs. La vie est courte. Bisous
    Nadine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.